lundi 17 octobre 2011

VOIX DE FEMMES

Touche de brise et frisson de source, vagues à l'âme cristallins emportez l’unique, l’ultime blessure de cœur ! Un éclat de voyance ou d’étoile dans le firmament du cri où s’accomplit l’être duel en l'ineffable achèvement des larmes. Une voix lointaine et si proche, un murmure diaphane ; aveugle est la souvenance qui éclot, qui fredonne ! Serait-ce le cantique des sens transfigurés ! Une voix de femme, oui ! l'émoi du tremble, l’au-delà du regard, la dénégation de l'Un, Galatée et ses suppliques lactescentes au ciel absent qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 17 octobre 2011

LETTRE A SENGHOR : L’OCTOBRE DE TES 104 ANS

                       Mon si cher poète, cher Président,         J'ai tardé à vous écrire pour fêter à point votre anniversaire. Un séjour au Canada où vous êtes aimé et reconnu, ne m'a pas permis d'être au rendez-vous. Disons, comme tu aimais te moquer de nos envahisseurs Blancs, que je suis cette fois-ci à l'heure coloniale !       Vous auriez eu 104... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 17 octobre 2011

LANZA DEL VASTO

(...) Que font-elles de nécessaires les villes ? Font-elles le blé du pain qu'elles mangent ? Font-elles la laine du drap qu'elles portent ? Font-elles du lait ? Font-elles un oeuf ? Font-elles le fruit ? Elles font la boîte. Elles font l'étiquette. Elles font les prix. Elles font la politique. Elles font la réclame. Elles font le bruit. Elles nous ont ôté l'or de l'évidence et l'ont perdu. (...) . . LANZA DE VASTO . . . Oeuvre Albena ( Voir liens)
Posté par emmila à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 17 octobre 2011

L'HOMME IMAGINANT...Extrait

( ... ) Dans la transmission des informations de notre siècle et des siècles passés aux enfants d'aujourd'hui et aux hommes de demain, nous percevrons deux grands courants novateurs. L'un peut-être la base d'un humanisme nouveau, largement diffusé et aboutissant à la mutation qui nous paraît essentielle, celle de la structure mentale des hommes. On peut en tracer le cadre. Il comprend d'abord l'enseignement devenu indispensable des bases biologiques du comportement comme conclusion à l'enseignement des mécanismes essentiels de la... [Lire la suite]
dimanche 16 octobre 2011

SUSHEELA RAMAN ET SAM MILLS

Posté par emmila à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 16 octobre 2011

AMANTES D'AURORES

Je t'ai cherchée partout et nulle part entre la fleur et la tige entre le jour et la nuit parmi les rires du sommeil parmi les caresses de l'absence Où es-tu fille de la nuit déjà le poème s'essouffle et les mots s'esquivent la plume danse des arabesques saoule de son vin noir les voyelles sont distraites et les consonnes rétives errent en procession sur le vide de la page qui bâille Tu seras seule à comprendre ce soir pourquoi j'écris ce poème de sexe et d'olive de sang et d'amour Je voudrais te parler dans le ventre de la nuit à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 13 octobre 2011

PASSANTS PARMI LES PAROLES PASSAGERES

  "... Vous qui passez parmi les paroles passagères, Vous fournissez l’épée, nous fournissons le sang, Vous fournissez l’acier et le feu, nous fournissons la chair, Vous fournissez un autre char, nous fournissons les pierres, Vous fournissez la bombe lacrymogène, nous fournissons la pluie. Mais le ciel et l’air sont les mêmes pour vous et pour nous, Alors prenez votre lot de notre sang, et partez, Allez dîner, festoyer et danser, puis partez. A nous de garder les roses des martyrs, à nous de vivre comme nous le voulons." . ... [Lire la suite]
jeudi 13 octobre 2011

VIDER L'INFINI

« Accepter de ne plus combattre est un devenir dont la finalité est de vider l'infini » . . . GENEVIEVE CLANCY . . . Oeuvre ?  
Posté par emmila à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 13 octobre 2011

QUAND JE REGARDE EN ARRIERE

Quand je regarde en arrière, je n'ai nul regret, je n'aurai pas voulu vivre autrement ...De toutes façons, un fantasme n'est jamais que cela. Je ne me dis pas: J'aurais voulu être un citoyen d'Athènes au temps de Périclès, ni un citoyen de Grenade sous les Abencérages, ni un bourgeois de la Vienne des valses. Je suis né dans un canton écarté de haute montagne, d'une vieille race qui, depuis des millénaires n'a pas cessé d'être là, avec les uns, avec les autres...qui, sous le soleil ou la neige, à travers les sables garamantes ou les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 12 octobre 2011

NUIT ET BROUILLARD...Extrait

« Même un paysage tranquille,Même une prairie avec des vols de corbeaux, des moissons et des feux d’herbe, Même une route où passent des voitures, des paysans, des couples, Même un village pour vacances, avec une foire et un clocher, peuvent conduire tout simplement à un camp de concentration. Le Struthof, Oranienburg, Auschwitz, Neuengamme, Belsen, Ravensbrück, Dachau, Furent des noms comme les autres sur les cartes et les guides. Le sang a caillé, les bouches se sont tues, Les blocs ne sont plus visités que par une caméra,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,