Comme est immense en toi le blanc

cette neige à perte de dire

Il faudrait un ciel hölderlin

avec des visions majuscules

des mots comme des angélus

& des énigmes pour les anges

Il faudrait un jour aussi vaste

que la vaste nuit de l'aveugle

ravi par des réminiscences

de brefs enfers cinabarins

où s'enflamment les cardinaux

 

Il faudrait la grâce de Klee

d'un Sphinx-enfant aquarellant

ses avions de papier qui tombent

en ce champ d'horreur où les flammes

font de la vie chemin de croix

Ah si pouvait s'envoler l'ange

que son aile atrophiée empêche

de se délester du désastre

pour se poser en la douceur

dont ses pinceaux s'ensoleillèrent

 

Mais te voici blanc paradigme

colombe née de mille images

qui traversèrent ses Hollandes

pour se poser loin sous ses yeux

Car il a suffi de Matisse

pour faire magie au carreau

fleur de buée petite fleur

immense infiniment soudain

comme une fable de pétales

ébleuissante sur les lèvres

d'un autre espace qui commence

en l'espace d'une seconde

.

.

.

RAYMOND FARINA

.

.

.

moretti_lucien_philippe_1922_1_l_oiseau_de_paix_1751037

Oeuvre Lucien Philippe Moretti