lundi 7 novembre 2011

PRISONS ET PARADIS - Notes marocaines...Extrait

(...)   Feu des étoiles et des orangers. Palpitation des rossignols, battement des rayons de l'étoile. L'oranger écrase tout de son odeur. Le pamplemousse en fleur garde une douceur, une arrière-pensée qui manquent à l'oranger.   Crépitements d'oiseaux avant l'aurore, tonnerre d'oiseaux. Ils s'apaisent un peu, le jour levé. une phrase de rossignol s'étale encore, comme un lambeau nocturne. Au premier rayon s'élance le cri acéré de l'hirondelle. Puis la gorgée liquide dont se gargarisent le loriot trivial, et le merle. Les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 7 novembre 2011

POESIES COMPLETES...Extrait

(...) c’est de l’immense solitude du brin de paille  abandonné aux lèvres voraces des champs  que je déduirai le feu à couture de nacre  les ancres de nuit aux ailes agricoles aux tresses de sarment  les aloès rouillés les murs mis à vif des défilés d’hommes et de grêlons  fours branlants où le pain est de pierre et la paix des fougères s’émiette  ce sont les grillons d’anis et d’ombre  d’une certaine transparence à voix étroite  du toucher des objets blafards  d’une peau douce à la longue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 7 novembre 2011

ORAGE...Extrait

(...) Une page se tourne pour se démultiplier Taillée avec mon corps mon sang mon âme Je pars avec les rosiers donquichottesques en quête d'une innocence rédemptrice. L'art chante dans la jungle de mes veines Et m'emporte au son de la dernière marée Peut-être n'est-il que l'orage pour détacher l'arc-en-ciel de l'ombre. Légèreté nue lumière onction de la vie Je pars chercher d'autres mots (...) . CRISTINA CASTELLO . . Oeuvre Zdravko Ducmelic .
Posté par emmila à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 7 novembre 2011

LA SIMPLE EVIDENCE DE LA BEAUTE...Extrait

ô toi la vie qui rêve dans le décorregarde-moimon doigt se pointe l’amour est làmon pied avance l’amour est làmon regard s’ouvre l’amour est làje danse dans la spirale de l’amourje tourne l’amour est làà droite l’amourà gauche l’amour est . BRIGITTE MAILLARD . . .
Posté par emmila à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 7 novembre 2011

LA ROSA DE ROBLE

Cada una de las letras que componen tu nombre, oh Belleza, en el cuadro de honor de los suplicios,... desposa la llana simplicidad del sol, se inscribe ... en la frase gigante que cierra el cielo, y se asocia al hombre encarnizado en engañar a su destino . RENE CHAR .
Posté par emmila à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 6 novembre 2011

ROSES D’EREVAN

                                                            Merci à Serge pour sa gentillesse   Je suis parti avec le parfum des roses d’Erevan, mais les roses sont restées là-bas, place de l’Opéra. Mon corps a brûlé dans l’écrasement... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 6 novembre 2011

POEMES POUR EMMA

En pensant  ma petite Emma qui a aujourd'hui 6 ans   Il était une Dame TartineDans un beau palais de beurre frais.La muraille était de praline,Le parquet était de croquets,La chambre à coucherDe crème de lait,Le lit de biscuit,Les rideaux d'anis.Elle épousa Monsieur GimbletteCoiffé d'un beau fromage blanc.Son chapeau était de galetteSon habit était de vol-au-vent,Culotte en nougat,Gilet de chocolat,Bas de caramelEt souliers de miel.Leur fille, la belle CharlotteAvait un nez de massepain,De superbes dents de compote,Des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 4 novembre 2011

UN BRASIER DORT SOUS L'ECHO

Cette effroyable résignation à être des consommateurs et des pourvoyeurs de mort, à sortir en rangs disciplinés des usines, des rues, des misères, des échecs, pour aller faire la guerre à l’autre, pour aller détruire et revenir sagement se faire enchaîner dans des mailles de pauvres haines, se faire broyer par les ordres de l’argent, du besoin et de la sécurité. Où est l’ombre de l’homme appuyé à l’ombre, Où est son image oubliée aux fers, Où est son cri sur le silence des éclairs ? Le grand ordre énonce la réalité historique... [Lire la suite]
vendredi 4 novembre 2011

GENIES DE L'AMOUR...Extrait

Qui a entenduQui a appeléQui a appelé quiOu simplement a tendu l’oreille au fond de l’inconnuQui est venu de l’invisible, de l’inévitable entre l’un et l’autreQui revient maintenant dans sa peur semer le goût d’ailleurs, étendre la joie à son ultimeA pris le verbe l’a tendu au silence, a écouté la résonance avec l’être là de deuxA articulé le sens du pari de vivre, du risque de la cruautéS’est désiré entièrement libre d’aimerPersonne n’a ordonné que ce futPersonne ne pouvait non plus s’y opposer, y faire obstacle y compris en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 4 novembre 2011

CIMETIERE ETOILE DE LA MER- Versets 1995-2003

 Si je devais commencer à écrire, je commencerais par la blessure, la déchirure, je répèterais la blessure, la déchirure, éternellement, le retour à la mère, le retour à son ventre de plume et de limon, à son ventre de ciel.    Elle étend la main au-dessus des lions d’étoile, elle étend une main protectrice ou vengeresse au-dessus des lianes de silence, femme de filigranes ou d’empreintes, femme de traces, femme posée sur l’étroitesse tramée d’un sillon, travail d’un graveur sur le ventre veiné bleu de la pierre au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,