Des cris jetés au feu

des mots jetés aux fers

des manches aux cognées

des cognées aux forêts

une ortie à l'enclume

des marteaux aux marteaux

des marteaux à la rouille

du sel gemme aux vieux clous


jetés, jetés en désespoir de l'Homme


la femme après la femme

et sa nichée de seins

petit Pierre après pierre

l'os avec le mortier

tout réduit en farine

            Serviteurs, serviteurs

Un boomerang à l'écureuil en cage

des sorts jetés aux mots

des maux jetés au vent

des murs jetés aux gifles

au hasard des revanches

de l'encre à l'eau courante

à ce buvard du sang

clair et frais d'Exanguine

de la neige au soleil

aux couleurs l'arc-en-ciel


jetés, jetés en fol espoir de rien


la vague au sable gris


                        des châteaux de sabelle aux doux flocons d'écume

                                   et de chevaux à crinoline

                        à la vague suivante que la suivante efface

                                   une ardoise magique

                        au sable gris

                                   la calligraphie des marées

                        en retraite

                                   auprès de ma blonde

                        ah !

                        des kilomètres de dentelle


jetés, jetés par l'amour naufrageur


                        Jetés et rejetés

 

.

CLAUDE CAHUN

.

wp430f522c_0f

Oeuvre Pablo Picasso