vendredi 9 décembre 2011

SEUL LE BAISER POUR MUSELIERE

Seul le baiser pour muselièrePour le silence du poèmej’exige les baisersunique et mienne muselièrej’attends le ventencore le ventpour que derrière des éventailspuissent me souriredes femmesédentéesJe pointe l’index sur ma terrequi va lancer la première pierreil y a tant de villes à construirede vils payscroupissant dans la rouillePour avoir arrachémes propres yeuxet les avoir lancés contre le soleilj’ai connu d’étincelants aveuglementset des voyances au plus clairdes lunesabsentes…et depuis…je connais l’image de la douleurje sais même... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 9 décembre 2011

LIEU DE MA NAISSANCE

(...) une larme entre deux fleurs sauvages déshabillant les orages la moisson des terres cultivées la passion des mains appliquées au champ de cannes juste une larme entre deux fleuves Artibonite et le Guayamuco simples tracés d’esclaves au temps béni des colonies j’aime cette terre pour la fringale et les friandises d’enfant partagées à la soignée de nos membres j’aime cette terre pour son nom inscrit sur la pierre balafrée des libertés j’aime cette terre pour l’odeur du petit-mil de la moisson espérée j’aime cette terre pour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 9 décembre 2011

RECUEILLEMENTS

à ma mère « Les oiseaux ignorants poursuivent leur chemin et nous, très humblement, le poursuivrons aussi, la neige de l’hiver blanchira nos cheveux et la rafale glacée blessera nos tempes. » (Pablo Neruda, Cahiers de Temuco) . ossature d’Ève pardonnée par la chair ô ma sultane aux épaules larges de rêves d’instables poèmes où pose ma mère acrobate de l’île mère d‘enfance cherchant bougainvillées et roses sans épines pour ses enfants terrassés des bouges tout amant mon père aimant du corps humain demoiselles et jolis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 9 décembre 2011

LE LABYRINTHE AU BORD DE LA MER...Extrait

Au contact des œuvres du passé, nous voulons être sûrs de leur authenticité, sûrs que personne ne les a corrigées, que personne ne s’est mêlé de les embellir, de les parfaire, de les rendre plus compréhensibles. Nous souhaitons seuls, sans intermédiaire, jeter un pont par-dessus l’abîme du temps entre nous et les hommes et les dieux d’il y a plusieurs millénaires. N’étant pas un pur esprit, j’ai toujours cherché des traces matérielles, pour fonder une entente et une alliance. C’est pourquoi j’ai toujours été ému par les ornières des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 9 décembre 2011

ÎLE PRECAIRE...Extrait

Mais cela même Ton nom sur la page Comme une île infiniment Comme une île tout au bord   Le temps à peine…   L’écriture comme un regard             S’injecte du sang nécessaire au souffle   Ton cœur s’écarquille aux quatre vents . GUY  ALLIX . Oeuvre Jean Chainey http://www.galerie-creation.com/jean-chainey  
Posté par emmila à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 9 décembre 2011

GUY ALLIX

Même si tout au bout s’effondre la main qui l’a porté, il reste ce geste à l’infini. Le vrai de toi qui s’imprime dans un souffle. La rumeur à l’œuvre de ton corps. . GUY  ALLIX . Oeuvre Odilon Redon
Posté par emmila à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,