à chaque seconde de notre vie

 ce pendule imperceptible qui nous heurte

 je pourrais en permanence

 tout relire tout reconstruire

 à partir de ça (n’importe quel mot n’importe quelle

 image n’importe quel rien de n’importe quelle chose)

 pourquoi ?

 je n’imagine pas de réponse que je ne connaisse 

déjà plus ou moins et qui ne confirme la part radi-

 calement inconsolable du deuil

 . 

 BERNARD CHAMBAZ

  .

 

fei_tn_clin_d_oeil_noir_et_blanc_jpg_1024_768