Dans l'eau des yeux, dort tout au fond, la salamandre du désir. Dans l'eau des yeux luit la flamme unique de chacun. Ses reflets viennent éclairer le miroir profond. C'est là que chacun vient chercher l'autre, sa propre vérité, ce qu'il est, ce qu'il pense, ce qu'il veut. C'est là que le regard de chacun vient se prendre comme une mouche dans la toile d'araignée. Les chaînes de l'amour sont des fils de lumière. Leur soie est plus rigide que le fer. C'est un jeu de miroirs qui se renvoient sans fin leur lumière. Et chacun se délecte de ce qui n'est que son reflet. Voici l'enchantement où tout commence. L'eau des larmes n'est que pour la fin.

.

MAX ROUQUETTE

.

visage_femme_noir_et_blanc_1_

.


Au fons de l'aiga deis uòlhs dormís la blanda dau desir. Dins l'aiga deis uòlhs lusís la flamba unenca de cadun. Sos rebats venon enlusir lo miralh fonsut. Es aquí que cadun ven quèrre l'autre, sa vertat, çò qu'es, çò que se pensa, çò que vòu. Es aquí que la mirada de cadun se ven prene coma la mosca a la telaranha. Las cadenas de l'amor son de fius de lutz. Sa seda es mai dura que lo fèrre. Aquò es un jòc de miralhs que sens fin se remandan sa lutz. E mai siá pas que son rebat cadun ne fai son mèu. Aquí l'encant ont tot acomença. L'aiga deis uòlhs es pas que per la fin.

.

( Version Occitane )