Venise de l’antique joie
qui rit dans le chant de sa peine
sur les hanches de marbre et d’or
fait ruisseler les diamants de l’eau
et s’enivre de s’y mirer.


Venise au fond de ses palais,
au fond de ses miroirs fêlés,
fait sauter sequins et dentelles.
Sur l’abîme de l’eau mortelle
jamais fatiguée de danser.


Venise au feu de ses miroirs
derrière son masque se fuit.
Le miroir d’eau de la mer
la charme d’une image neuve :
elle se voit verte dans l’eau.


Venise au fond du grand miroir
se penche pour chercher encore
sa jeune face de mille ans.
Lorsqu’apparaît dans l’eau amère
le beau velours veuf de regard.

Venise danse sur le gouffre
des cent miroirs qui l’ont fait naître.
Venise qui, au noir velours
du masque de son allégresse
est fascinée par deux yeux vides.


Venise dans ses eaux dansantes,
s’oublie et rit à ses miroirs,
et rit au vent qui la décoiffe,
et, sous la danse des mouettes,
à son masque sans nul regard.

.

MAX ROUQUETTE

.

0806150544233681194

.

Venècia en sos miralhs


Venècia de l’antica gaug
que se ritz au cant de sa pena
sus sas ancas de maubre e d’aur
fai rajar los diamants de l’aiga
e s’enchuscla de s’i negar.


Venècia au fons de sos palaisses,
au fons de sos miralhs bercats
fai volar sequins e dentèlas.
Sus l’avenc de l’aiga mortala
jamai se làguia de dançar.


Venècia als fuòcs de sos miralhs
se fugís darrièr sa masqueta.
Lo miralh d’aiga de la mar
d’un imatge nòu l’enfachina
quand se vei verda au fons de l’aiga.

Venècia au fons dau miralh grand
se clina per cercar encara
sa cara jove de mil ans.
Quand espelís dins l’aiga amara
lo bèl velós sens ges d’agach.

Venècia dança sus lo gorg
de cent miralhs qu’i an bailat vida.
Venècia qu’au negre velós
de la masqueta de sa gaug
s’enclausís davant dos uòlhs voides.


Venècia en l’aiga dançarèla
se delembra e ritz als miralhs,
ritz au vent que la despenchena,
e, jol dançar de la gafeta,
a la masqueta sens agach

.

Version occitane