J'ai regardé son visage
Ce n'était pas un visage
C'était une promesse espiègle
Et ce que je prenais pour des yeux étaient les puits de l'émerveille
L'air autour de lui avait l'ivresse des libellules
Et les guêpes étaient douces
Le monde semblait une goyave mûre
Une chasse aux trésors
Et de la terre montait un parfum de fourmis rouges
Les poux de bois gonflaient la panse de l'arbre,
J'ai bien regardé son visage
J'ai vu que c'était moi
Malgré les larmes
Malgré la mort quelconque d'un vieux crapaud
Dans une mare
C'était moi flottant comme une feuille
Dans l'enfance
Peut-être que je n'étais pas un enfant
Peut-être que je jouais tout simplement
Le monde des miracles
Me servait de jouet
Je sifflotais le monde
Les lucioles festoyaient dans mes mains
C'était cela l'enfance
Quand je prenais la vie pour un conte plus vrai
Que le chuchotement des étoiles

.

ERNEST PEPIN

.

http___hdd1