Que sais-tu

de ce qui pointe derrière

le jour,

 

de ces amours,

du temps présent,

des heures fraîches,

des longues attentes,

 

des mots poursuivis

comme s’ils pouvaient tenir lieu

de lampe ou de vigie

 

dans l’heure avancée

de la nuit ?

 
(...)

Marcher,

dis-tu,

en espérant toujours

qu’un jour

tout s’arrangera…

 

Et tu décides d’attendre

ou bien de te précipiter

vers cette ligne d’horizon…

 

Quel mot

pour attendrir,

pour assouplir ton cœur,

 

afin qu’il ne goûte pour l’heure

à rien d’autre

qu’au chant perlé

du merisier en fleurs ?


 (...)

 

 C’est quoi écrire après avoir vécu

ce jour tout en se demandant

 

comment poursuivre ?

et que c’est beau mais difficile

 

d’oser attendre, tout en marchant,

et d’espérer, dès aujourd’hui seulement


.

BERNARD PERROY

 .

original02050800097_copie

Photographie Sylvain Lagarde