Il existe un lieu 
Plus réel qu’ici 
C’est : nulle part. 
 
Du fond des pays de mémoire 
Une joie sans borne 
Ouvre ses espaces, 
 
Pays de l’abandon 
Vastes comme l’amour, élevés 
Comme le cœur désire. 
 
Lointains, lointains 
Et aussi immenses que l’absence 
Ces bois, ces prairies, 
 
Aussi interminables qu’un départ 
Ses fleuves coulent 
Hors de portée de l’espérance. 
 
royaumes d’autre part 
Dont le temps est : jadis 
Dont le lieu est : au loin. 
 
Dans des jardins d’il y a bien longtemps 
Ces chants d’oiseau 
Parlent de nos amours 
 
Qui ne furent jamais, 
Et pourtant – profonds comme la vie,  
Et pourtant – tout ce que nous sommes.

.

.

.

KATHLEEN RAINE

Traduction P. Giraudon

.

.

 

.

kath

Oeuvre Geneviève Peyrade