Poème écrit à partir du morceau de musique

« Semaine sainte »

interprété par Javier Echecopar, compositeur péruvien. 

.

Je te salue frère humain
Seul espoir force et dignité du monde
Les justes trouvent avec toi la source de la lutte
Les pauvres trouvent avec toi le pain de l'indulgence
Les fous trouvent avec toi le royaume des cieux

Station 1
Frère humain condamné
En expiant sous ce bois
L'immobilité des étoiles
Et les plaies des combats
Imprime dans le cœur la miséricorde
Dans le sel des larmes
Viens rejoindre l'enfance

Station 2
Frère humain supplicié
Craignant le sacrifice de l'aube
Le galbe de la femme
Et ses rêves improbables
Découvre l'invisible du cœur
Dans la nudité du désert
Espace le désarroi de l'argile

Station 3
Frère humain abattu
Accoutumé à la plainte blanche du matin
Avec la blessure du désir
Et la beauté des chants d'autrefois
Allume le feu bleu du destin
Dans l'argile rose du mirage
Sculpte le rayonnement des yeux

Station 4
Frère humain douloureux
Songeant dans les nappes de brume
Pleines d'oiseaux et de baisers
Et les flaques d'eau de l'hiver
Appelle le silence ancien des arbres
Dans les fragments du soleil
Ouvre le feu auréolé du Poème

Station 5
Frère humain prosterné
Tremblant l'enfance de ses rides
Attentif au sel des matins
Où les mouettes courbent les houles
Grime leurs ailes incandescentes
Dans le désert éphémère de la foule
Soupire l'obscure présence de l'ange

Station 6
Frère humain offensé
Transi des matins de poussière
Baroudeur des nuages
Des attentes de souffrance invisible
Parsème l'espace vide des illusions
Dans les soupirs de transe
Multiplie la fantaisie soudaine des oiseaux

Station 7
Frère humain succombant
Sous la pierre bleue des recommencements
La pluie ressaisie de l'extase
Toujours le théâtre d'ombres
Les redites de la chair
Dans les instants d'éclairs
Invite tes mains douloureuses à aimer

Station 8
Frère humain consolé
Ajourne les germinations blanches
L'avenir miné du présent
L'inconsistante aspiration des mensonges
Dans la passion des possibles
Charge les mots des pierres jaillies de ta gorge
Étreins le silence comme matière du temps

Station 9
Frère humain affligé
Élance toi vers l'indicible du feu
Le souffle des chapelles
Les fronces du doute et de la gageure
Dans ton seul déni d'Être
Oiseau architecte de l'espace
Elance toi vers le haut de l'azur

Station 10
Frère humain dépouillé
Dans le sang figé de la mort
Derrière la face lépreuse des marchands
Pour quelques talents de trop
Le ciel se perd comme se perd la terre
Sans remords en Galilée

Station 11
Frère humain attaché
Au pied de la Croix
Sur les oiseaux de Bethléem
La griffe de l'histoire s'est refermée
Face à face tous les oliviers s'éteignent
Leurs branches blanches mortes et exilées
Au pied de la Croix

Station 12
Frère humain crucifié
Traces de face
Empreintes essentielles de la foi
Traces de sel
Traces de sang
Traces de signes
Traces de vie
Traces de traces

Station 13
Frère humain libéré
Aujourd'hui happé par l'éternité
Aujourd'hui absorbé par le temps
Aujourd'hui solitude des mémoires
Aujourd'hui cascade dense de l'espoir
Aujourd'hui frère humain consolé

Station 14
Frère humain consolé
Témoin des larmes blanches des sacrifices
Témoin des peines immenses de l'injustice
Témoin des sons défaits des songes
Témoin du signe immémorial des grâces
Frère humain ressuscité
Je te salue

.

NICOLE BARRIERE

.

sigmar_polke

Oeuvre Sigmar Polke