Je suis revenu par un septembre rose
À la pointe de l'île
J'y ai des frères qui respirent au matin
Le chant funèbre de mon dernier espoir
Il est des pierres qui content mon histoire
Des forêts d'hibiscus qui ne sont ni chair
Ni sang mais qui parlent d'holocauste aux être venus
D'ailleurs

Terre vent paradis des fruits amers
Il n'y a ici qu'une saison magistrale
Celle du sel et des falaises
Il y a la fleur noire
Voix des femmes peintes d'aurore
Qui chantent pour la poussière des morts
Et même si les mânes ne reviennent jamais
L'île est cernée de faunes violacées

C'est ici que le destin a fait frémir la mer
C'est ici que les jours d'hier sont devenus éternité

.

NADINE FIDJI

.

des_visages_plus_vrais_que_nature_et_des_regards_qui_en_321894_510x255

Oeuvre Patrick Singh