(...)

je ne sais pas d’où surgit cet amour humain
si puissant qu’il sculpte une douleur dans mon sang

... je ne sais pas d’où vient ce feu qui me raidit
et soude mes mots comme des prières et des hymnes

je ne sais pas.
je ne sais pas.

mais je sais d’où surgissent les bombes
mais je sais d’où viennent les assassins

mais je sais de quel côté se lève le jour
mais je sais dans quelle terre s’enracine un homme digne de ce nom

s’il n’y a dans mon poème ni roses ni rossignols
si je foule aux pieds la tradition

si au lieu d’explorer le ciel qui tremble derrière le ciel
j’écris ces paroles simples en toute clarté

et si cela vous étonne, et si cela met de sombres couleurs
sur le vert des étangs, sur les ailes roses des flamants

alors Ouvrez les yeux Ouvrez les yeux
les oreilles aussi

alors écoutez les cent fleuves de sang
qui font une unique plaie d’un seul pays.

et si cela vous étonne, et si cela met de sombres couleurs
sur le vert des étangs, sur les ailes roses des flamants

alors Ouvrez les yeux Ouvrez les yeux
les oreilles aussi

alors écoutez les cent fleuves de sang
qui font une unique plaie d’un seul pays.

.

ANDRE LAUDE

.

oradour_sur_glane_66_L_TxVGlk

Oradour sur Glane