J'ai appelé le Diable, et il est venu,
Et je l'ai regardé avec étonnement.
Il n'est pas affreux et il n'est pas boiteux,
C'est un homme aimable et charmant,
Un homme de la meilleure constitution,
Obligeant et courtois et coutumier du monde.
C'est un diplomate accompli,
Et il parle très bien de l'Eglise et de l'Etat.
Qu'il ait le teint blafard n'a rien de surprenant
Puisqu'il étudie à présent le sanscrit et Hegel
Son poète favori est toujours Fouqué*.
Mais il ne veut plus s'occuper de critique,
Et a entièrement laissé ça à la chère grand-maman Hécate.
Il a loué mes visées en matière juridique,
S'y était aussi adonné autrefois,
Il a dit que mon amitié ne lui sera jamais trop chère,
Là-dessus a opiné puis m'a demandé 
Si nous ne nous étions pas déjà rencontrés chez l'envoyé d'Espagne ?
Et comme j'examinais mieux son visage,
J'ai reconnu en lui une vieille connaissance !

.

HEINRICH HEINE

.

DIABLE