Même si nos âmes sont meurtries

Même si nos cœurs se sont taris

Et dans nos armures, enfermés

Nous ne pouvons plus respirer

 

Je porte encore  en moi

La révolte d’autrefois

 

Même si nos armes sont  rouillées

Même si nos larmes ont séché

Même si vos lames affutées 

Ont tranché notre destinée

 

Je porte encore au poing

Les fleurs rebelles de demain

 

Même si nos idées ont heurté

Les frontières de vos pensées

Même si nos mains sont refermées

Sur le vide et la vanité

 

Je porte encore le désir

D’une semence d’avenir

 

Même si nos chants se sont enfuis

Sur les ondes de votre oubli

Même si nos notes sont retenues

Même si nos musiques se sont tues

 

Je porte encore dans la voix

La clameur de nos combats

 

Même si nos mots se sont glacés

Dans les froideurs de l’acier

Même si nos phrases n’ont plus de rimes 

Que l’arrogance et la frime

 

Je porte encore sur le papier

L’espoir, le ciel et la clarté

.


FRANCIS PANIGADA

sur

http://ecritvain.over-blog.com

.

25499882