Lui 
la nuit durant 
il cherche à écrire ce misérable théâtre 
il cherche à nouveau en vérité il attend 
il attend d’écrire pour traverser la nuit à gué 
en vérité il ne fait qu’attendre 
la parole dans le corps la parole dans l’esprit 
la parole de bon secours 
la parole qui serait appui de lumière 
et contiendrait un signe résurgent 
d’unité 
 
Ô corps et esprit de la parole 
Ô parole incarnée 
Viens au secours de ceux dont le sang n’est ni de caoutchouc ni d’argile 
ceux qui en toi espèrent encore 
et attendent 
et sans voix 
crient leur compassion

.

EUGENIO DE SIGNORIBUS

.

peinture_dIbara_001_5_1003x1024

Oeuvre Ibara