(...) 

Rien

que le jour aux raies d'orageuses semailles

Rien

que l'attrait du jour sur une ombre ensevelie

Rien

que ton sourire serpent de paille

que ton nom d'emprunt velours des cités

Au murmure

des lointaines cataractes

A l'appel pressant

des lys ensorcelés

poissons des toisons glauques

Rien

que la source des meutes engendrées

Rien

que la chute du feu

sur une graine de cristal

La rose de fer frétille

dans le délire consumé

après nous après toi

(...)

Je parle

pour les premières cerises hagardes

pour les gares de cerfeuils au bout des naufrages

pour les images de plomb des danseuses fendues en deux

Je parle

pour l'orée des rames lourdes dans le corps

(...)

pour ne plus te quitter mon amour

je parle je parle je parle pour la mouche

pour l'écorce des pins pour l'ardoise des algues

pour le vent dans la mer mon amour

 

pour le sel dans les narines mon amour

pour la tomate pour la boue filandreuse des mages

pour la girouette aux gaités d'écharpe pour une page

blanche pour la durée du geste pour rien mon amour

.

EDMOND JABES

.

bottle