La poésie vit du désir, et de la mort. Et du vide qui la soulève. Pourtant elle s’adresse à quelqu’un. A un lecteur inconnu. A l’inconnu de tout lecteur. Elle ne respire, elle ne se détend, que tendue par le désir de l’autre. L’autre étant l’inconnu, elle étant l’absence toujours

.

.

.

JACQUES DUPIN

.

.

.

 

DELACROIX2

Oeuvre Eugène Delacroix