samedi 16 juin 2012

HOMMES LIGES DES TALUS EN TRANSE

Il pleut sur les coqs de bruyèreIl pleut sur les constellations de bouleaux blancsIl pleut sur les charrues matinales barbouillées de terre glaiseIl pleut sur le pain chaud au sortir des fours visités d'un gros feu tranquilleIl pleut sur le poitrail des chevaux rubicondsIl pleut à verse sur la pelouse des toits lacustres baignés de merles et de bouvreuilsIl pleut sur les femmes obstinées à emplir les églises par l'entonnoir des porchesIl pleut sur les planchers d'aiguilles de sapin sur l'escalier des mousses remuées de salamandresIl... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 15 juin 2012

JE N'IRAI PAS

   Je n’irai pas aujourd’hui vers ce pays de grand gel et de vent, déchiré d’une bourrasque de lumière - et les prairies roses s’embrasent d’herbes coupantes.   Aussi vieux et sec qu’un siècle d’échecs, je veux m’asseoir sur les bancs vernis parmi les gens   prendre souffle et réconciliation,   écarter de ton front une mèche de ronces et m’attarder dans l’énergie de la nuit maternelle   faite à nos ressemblances. . PAOL  KEINEG .
Posté par emmila à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 15 juin 2012

ATELIER D'ARCHITECTURE...Extrait

 Assumez au moins vos contradictions.Ce jeu de construire et de défaire d'élever des empires pour ensuite les détruire et d'en édifier d'autres plus puissants qui à leur tour ne seront que ruines un jour est pour les hommes histoire et instinct.   Mais le curieux animal qui agit de cette inexorable façon perfectionne ses techniques oublie vite les larmes et le feu il évolue et se transforme accomplit ses différents cycles avec diligence.   Dans le mythe de Sisyphe certains aspects n'ont pas été précisés : ... [Lire la suite]
vendredi 15 juin 2012

ET DIEU CREE LA FEMME...

Pense aux plages, pense à la mer Au lisse du ciel, aux nuages, A tous celà devenant chair Et dans le meilleur de son âge, Pense aux tendres bêtes du bois, Pense à leur peur sur tes épaules, Aux sources que tu ne peux voir Et dont le murmure t’isole, Pense à tes plus profonds soupirs, Ils deviendront un seul désir, A ce dont tu chéris l’image, Tu l’aimeras bien d’avantage. Ce qui était beaucoup trop loin Pour le parfum ou le reproche, Tu vas voir comme il se rapproche Se faisant femme jusqu’aù lien, Ce dont rêvaient... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 15 juin 2012

CAUCHEMAR

à Pascal Perrot   Pas de réalité comme disent les cornemuses les buvards les cloches et les oracles le temps s'accélère au fur et à mesure que les humains s'encombrent de cadavres poussiéreux qu'ils dénombrent dans des livres de comptes Les ancêtres se retirent des lieux consacrés les poètes brisent les sceaux du secret et s'en vont grossir les listes d'attente de la postérité qui est une forme inavouée de la propriété L'action n'est qu'un mythe en ces temps de couardise où plus personne ne meurt les yeux grand ouverts Les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 14 juin 2012

MILA

Bon anniverversaire ma puce.... .   . Vous qui ne savez pas combien l'enfance est belle,Enfant ! n'enviez point notre âge de douleurs,Où le coeur tour à tour est esclave et rebelle,Où le rire est souvent plus triste que vos pleurs.Votre âge insouciant est si doux qu'on l'oublie !Il passe, comme un souffle au vaste champ des airs,Comme une voix joyeuse en fuyant affaiblie,Comme un alcyon sur les mers.Oh ! ne vous hâtez point de mûrir vos pensées !Jouissez du matin, jouissez du printemps ;Vos heures sont des fleurs l'une à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 14 juin 2012

LE FOND DE L'EAU...Extrait

(...)  Rien que le jour aux raies d'orageuses semailles Rien que l'attrait du jour sur une ombre ensevelie Rien que ton sourire serpent de paille que ton nom d'emprunt velours des cités Au murmure des lointaines cataractes A l'appel pressant des lys ensorcelés poissons des toisons glauques Rien que la source des meutes engendrées Rien que la chute du feu sur une graine de cristal La rose de fer frétille dans le délire consumé après nous après toi (...) Je parle pour les premières cerises hagardes pour les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 13 juin 2012

LE CONTE D'ETE...Extrait

quel invisible ô quel extrême violoncelle fait musique de nous au bord de cette rumeur d’arbres   c’est dans Schubert ou dans juillet entre deux vagues ou deux élans   une chambre de laine où semble que s’achève en une haleine la vie . RAYMOND FARINA .  
Posté par emmila à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 13 juin 2012

DANS LE SILENCE...

Dans le silence   une main se pose sur notre épaule à moins qu’il ne s’agisse d’une erreur de perception.   Inutile de se tourner pour voir le soleil nous aveugle.   La blancheur des marbres nous étourdit. . VIVIANE CIAMPI Traduction Raymond Farina .
Posté par emmila à 23:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 13 juin 2012

FLEUVE RENVERSE...Extrait

Tu es ciel chargé par le suc D’un long été tremblant de pentes, de verdure Tout forgé de feuillage, jour Abrupt de transparence, allié Au soleil immergé des feuilles Au feu fragile de la branche, au jour plus mûr – Nourri de terres à distance, lac Captif et eau arable dans le roc Tu mêles tout bas sol et ciel                             ici Où la montagne éclate et s’ouvre, femme Où crie le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,