Une  page du ciel où s'inscrit la terre
     Ses arbres frêles, la fumée de ses feux
     Où brûle une heure d'Avril
     Par la blancheur de la page
     S'échappent les paraphes des nuages
     Leur fuite infinie
     Hors de si peu d'espace
     Le paysage est rentré dans la fleur de l'oeil
     La cascade de la vue s'étale en cette eau ultime
     Où dans un long regard, le coeur se mire

                    

  Constable

 



     Comment toucher à ce matin frais ?
     Perle qui glisse, soufflée
     Sur le fil de l'eau
     Dedans vu de dehors
     - Et où sommes- nous
     Si l'œil même s'en sépare ?
     Peut-être la main
     Ombre légère sur la page
     Est celle de l'ange
     Qui dans une brève avancée
     Porte à jour
     Traçant sur terre le ciel



                                                          Turner




     Ici rien ne se passe
     tout est dehors
     Le temps se plie comme un vêtement
     Dans un coin
     La mer rentre par transparence
     Par la porte de verre
     L'eau de la lumière tremble
     Sur les murs lisses
     Prison ou sanctuaire
     Fermé à double tour
     Par le regard même
     La paix de l'instant se boit
     Dans une coupe sans bord
     Là-bas un bateau gîte
     Toutes voiles dehors
     Et avec l'écume bleue
     Je mouille la page



                                    David Jones

 

(...)

 

  Cherchant l'autre dans son absence
    Comme une lampe le jour
    Tendant les mains vers le pain des mots
    Là où le chant du Loriot ferma le lit du temps
    Dehors dans le chemin, l'oreille contre le silence
    je souffle sur les cendres odorantes
    D'un lieu de phénix


                                                L'Isle sur Sorgue

 

 


    La vie  naît  durement  de  la  vie.  Aller  de  l'autre
    côté auprès de ceux qu'on aime semble être l'affaire
    du corps  et  le  corps  se  sait  ici. Au-devant de lui
    les  mains  sont  mangées  par  la  lumière  mais  les
    pieds   marchent  toujours  dans   l'herbe  usée.  Ou
    peut-être  avons-nous passé le  pont  sans  le voir et
    maintenant entre nous et  les sonnailles et  les  fleurs
    il n'y  a plus de distance. La  légère  buée du  souffle
    n'obscurcit aucune vitre. Sauf encore celle du coeur.


                                                       Martigny

 

 


    La  mesure d'un  jardin  sur  une  terre
    de  grand  espace. Une  fleur  pour  les
    marches de l'air  qui  chante sur  le  sol
    une musique couleur de rose. Les mar-
    guerites  sèches  qui   s'ouvrent  encore
    le  jour  et  se   ferment  la  nuit.  Cette
    infime  respiration,  une  pincée  de  vie
    entre   les   doigts   obscurs,  est   notre
    fidélité.

 


              Caromb

 

.

 

HEATHER DOHOLLAU

.

 

constable

Oeuvre John Constable