"Je n’ai rien dont je puisse dire : ceci est mien.

 

Lointains et morts sont ceux que j’ai aimés, et aucune voix ne me les fait plus désormais entendre. J’ai achevé ce que j’avais à faire ici-bas. Je me suis mis au travail avec toute ma volonté, j’y ai saigné et je n’ai en rien enrichi le monde.

 

Sans gloire et solitaire, je reviens et parcours ma patrie, qui, tel le jardin des morts, s’étend autour de moi et peut-être m’attend le couteau du chasseur qui prend son plaisir à nous autres Grecs comme il fait du gibier de la forêt.

 

Mais tu brilles encore, soleil du ciel ! Tu es toujours verte, terre sacrée ! Les fleuves murmurants se jettent encore dans la mer et les arbres ombreux bruissent encore à midi. Les chants de joie du printemps endorment mes pensées mortelles. La plénitude du monde qui est toute vie nourrit et comble d’ivresse mon être misérable.

 

O bienheureuse nature! Je ne sais ce qui m’arrive lorsque j’élève mes yeux devant ta beauté: toutes les joies célestes sont dans les larmes que je pleure devant toi, moi l’aimé devant l’aimée.

 

Tout mon être fait silence lorsque les tendres vagues de l’air jouent autour de ma poitrine. Perdu dans les immensités bleues, je lève souvent mon regard vers l’éther, je le baisse vers la mer sainte et il me semble qu’un esprit proche du mien m’ouvre les bras et que les souffrances de la solitude se dissolvent dans la vie de la divinité.

 

Ne faire qu’un avec le Tout, telle est la vie de la divinité, tel est le paradis de l’homme. Ne faire qu’un avec tout ce qui vit, retourner dans le Tout de la nature et y trouver le bonheur de l’oubli de soi, telle est la plus haute des pensées, la plus haute des joies, c’est le sommet sacré de la montagne, le lieu de l’éternel repos où le midi perd ses orages et le tonnerre sa voix, où la mer bouillonnante ressemble aux vagues d’un champ de blé.

 Ne faire qu’un avec tout ce qui vit. A ce mot, la vertu dépose sa cuirasse de colère, l’esprit de l’homme dépose son sceptre et toutes les pensées s’estompent devant l’image du monde éternellement un, comme s’estompent aussi devant son Uranie les lois imposées à l’artiste qui lutte et le destin d’airain renonce à la maîtrise du monde et la mort s’éloigne de l’alliance des êtres et une union parfaite et une jeunesse éternelle comble le monde de félicité et de beauté.

(...)

.

FRIEDRICH HÖLDERLIN

sur le site de Martine Cros

http://www.allerauxessentiels.com/

.

nature-2