Attachés de toutes les manières, et à chaque fois par amour, par obligation, et par contraintes, nous sommes autres qu’à l’attache, et par l’attachement nous mesurons ce à quoi nous ne pouvons nous arracher, ce qui n’en finit pas de se révéler et de nous retenir. L’Ulysse d’Homère est nostalgique ; nous le connaissons attaché à Ithaque ; celui de Dante est sans retour, et s’il quitte tout, s’il quitte le chemin ― qui attache le lieu à un autre, nous dit le dictionnaire ― il ne quitte pas « cet amas de merveille », ni l’énigme du virement de l’être au compte du monde. Nous le préférons, ce monde, à tout autre c’est son privilège. Il nous faut y aller sans retour ; c’est la tâche. Et nous accepterions la mort pourvu qu’il nous restât un œil vivant, une vue de fantôme sur ici-bas depuis l’outre-tombe.

.

MICHEL DEGUY

Sur http://terresdefemmes.blogs.com/


.

IMG_0537-BorderMaker2