jeudi 4 octobre 2012

ROBERTO JUARROZ

L'arbre est une leçon de présence, une leçon sans précédent, où s'unissent comme en une dimension, en un temps, un exemple différent, les questions du souvenir et les questions de l'oubli. La chanson par contre est toujours une forme de l'absence, un écho de la poussière qui se lève au lieu de la parole qui n'existe pas. Mais la présence n'est pas la seule magie : magie est aussi l'absence. C'est pourquoi l'arbre et la chanson seront toujours ensemble, bien que l'hiver abatte les paroles et les feuilles.    ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 4 octobre 2012

SOUS LA PLUIE ETRANGERE...Extrait

Je ne vais pas avoir honte de mes tristesses, de mes nostalgies. Je regrette la petite rue où on a tué mon chien, et j’ai pleuré près de sa mort, et je suis collé au pavé sanglant où mon chien est mort, j’existe toujours à partir de ça, j’existe de ça, je suis ça, je ne demanderai la permission à personne d’avoir la nostalgie de ça.    Suis-je autre chose, peut-être ? Des dictatures militaires sont venues, des gouvernements civils et de nouvelles dictatures militaires, ils m’ont privé de mes livres, de mon pain, de mon... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 4 octobre 2012

LE MENEUR DE LUNE...Extrait

Quand il connut sa vocation il comprit qu'il était poète, pour penser aussitôt qu'il n'avait plus l'âge de la poésie. (….) «  Je ne suis pas l'enfant, se dit-il, je suis le frère de ce qui est, je suis l'incarnation d'une fatalité dont la vie est la forme sensible... » Le poète n'a pas d'âge; il naît... Voix des mers dans une nuit si claire qu'il n'est de bonheur qu'en ce qui dit souviens-toi ! Roucoulements dans le clair de lune dressé sur les pierres, face à l'étang, face à la mer plus loin, face aux yeux clairs du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 4 octobre 2012

LE PREMIER REGRET...

Sur la plage sonore où la mer de SorrenteDéroule ses flots bleus aux pieds de l'orangerIl est, près du sentier, sous la haie odorante,Une pierre petite, étroite, indifférenteAux pas distraits de l'étranger !La giroflée y cache un seul nom sous ses gerbes.Un nom que nul écho n'a jamais répété !Quelquefois seulement le passant arrêté,Lisant l'âge et la date en écartant les herbes,Et sentant dans ses yeux quelques larmes courir,Dit : Elle avait seize ans! c'est bien tôt pour mourir !Mais pourquoi m'entraîner vers ces scènes passées... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,