samedi 13 octobre 2012

LABYRINTHE

Il n'y a pas de porte. Tu y esEt le château embrasse l’universIl ne contient ni avers ni reversNi mur extérieur ni centre secret.N’attends pas de la rigueur du cheminQui, obstiné, bifurque dans un autre,Qu’il ait une fin. De fer est ton destinComme ton juge. N’attends pas l’assautDu taureau qui est homme et dont, plurielle,L’étrange forme est l’horreur du réseauD’interminable pierre qui s’emmêle.Il n’existe pas. N’attends rien. Ni cetteBête au noir crépuscule qui te guette . JORGE LUIS BORGES .    
Posté par emmila à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,