On ne saurait mieux comparer la poésie

en sa confection qu'aux points de dentellières

qui de l'aiguille ou du crochet, dans la clarté

de la fenêtre, voient sous leurs doigts se bâtir

l'ouvrage fait des ajours qu'un seul fil suscite.

Celle-ci comme en coiffis, coiffe, lingerie,

exalte le corps féminin, celle-là montre

par les mots qu'elle ourdit le corps de l'univers.

Parlez à l'âme, causez avec le vent, vous

recevrez déjà les prémices de ce qu'a

la musique de moins accessible : ce bruit

de la nature toujours convoité, jamais

saisi, en quoi tient tout le secret que la fable,

de bouche en bouche et cap en cap, veut nous transmettre.

.

 

ROBERT MARTEAU

.

 

GERVASIU GALLARDO 2

Oeuvre Gervasiu Gallardo