Pivoines cœurs jaillis jetés
Dans les désordres de leur joie
Ce matin ils sont tous à moi
Tous à toi rouges dédiés

Boules de neige de ferveur
Brûlots de soie dans la tenture
Époustouflée de la verdure
Mots rouges  La page en a peur

Laisse-moi glaner silencieuse
Cette folle explosion de fleurs
Ces mots déchiquetés à leur
Feu te diront – Je suis heureuse


Pivoines gavées – trop de vie
Et vite épuisées – trop d’amour
Époumonnées dans le grand jour
Célébrantes de la folie

Pivoines goulues d’émerveillement

affamées de grandeur
La multitude de nos cœurs
Et votre foule sont pareilles

Fripes de bonheur et d’émoi
Les lambeaux d’un même chagrin
Venu cuver dans le jardin
Le vin superbe où il se noie


Comme des paquets d’incendie
Déclarés dans le vert placide
Volontaires et fratricides
Elles se flambent seules Si

Leur beauté ne les retenait
Elles propageraient leur feu
Par tous les feuillages peureux
Toute la terre ne serait

Plus qu’une pivoine en colère
Un gros cœur trop longtemps blessé
L’été qui nous a dévastées
Nous le brûleront suicidaires

.

MAXIMINE

 

.

pivoine;;;