C'est à toi, Soudain, que je m'adresse.

 

À toi, Soudain, nourri de rêve,

beau gosse, d'une bravoure folle,

enfant bâtard de causes inconnues,

qui préserves

du Rare la rareté,

montrant une granitique indifférence

pour la passion lascive, douloureuse,

que nourrit pour toi la Fréquence.

Étincelle du frottement têtu

d'une attente contre un renoncement,

que tu abreuves de carafes et de soifs

sans recours aux sources, aux fontaines.

Temps venu de Dieu,

petit corps

qui accumules ta force monstrueuse

en accumulant des lenteurs,

Messie en un seul mot,

séisme qui abats

nos Invariables antisismiques,

c'est à toi, Soudain, Intercession porteuse du monde,

que déchirée je m'adresse

pour que tu viennes délivrer

mon dernier corps ici-haut

délivrer

sa palpitation asservie

des mains du plus cruel

du plus sanguinaire

du plus paranoïaque des maîtres que j'ai eus

nommé debout-assis

debout-assis

debout-assis...

 

.

KIKI DIMOULA

 

.

JAYA222

Oeuvre Jaya Suberg