vendredi 7 décembre 2012

L'INTERVALLE...Extrait

" Venus de plus loin que l’enfance À bout de départs et de retours De chutes et d’assauts Nous basculons dans la blancheur unanime Ni sanglot Ni amertume Pas même un bruissement Mais l’intervalle. Nous nous réveillerons peut-être En une danse de sable À l’écart de nous-mêmes Avec un visage anonyme L’éternité au fond de la gorge. Nous revenons de tant de comas De la conjonction des voix et des silences Du lointain et du proche De ce lieu où quelqu’un marche Si léger, si invisible Qu’il traverse nos murs de part en part Sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 7 décembre 2012

CANTIQUE D'EVE

Je connais l’harmonie du monde Je sais le secret des couleurs Comment les formes s’épousent, se combattent pour mieux s’aimer Je sais leur germe et leur millénaire maturation Je sais leur mort Je sais leurs musiques Toutes les musiques de l’univers Le grand rut de la mer Toutes les voix du vent. Les sources, leurs glaciers secrets et leurs sommeils Leur réveil terrible les jours de débâcle Je sais Les voix des étoiles, je les ai si longtemps écoutées Qu’elles ont fini par me parler Je sais la petite voix des herbes... [Lire la suite]
vendredi 7 décembre 2012

IL ETAIT UNE FEUILLE

Pour Agnès... . Il était une feuille avec ses lignes. Ligne de vie Ligne de chance Ligne de cœur. Il était une branche au bout de la feuille. Ligne fourchue, signe de vie Signe de chance Signe de cœur. Il était un arbre au bout de la branche. Un arbre digne de vie Digne de chance Digne de cœur. Cœur gravé, percé, transpercé Un arbre que nul jamais ne vit. Il était des racines au bout de l'arbre. Racine, signe de vie Vignes de chance Vigne de cœur. Au bout de ces racines, il était la Terre. La Terre tout court. La Terre toute... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 7 décembre 2012

POUR TOUT DIRE

Je n’aurai pour tout dire Écrit sur mon chemin Que mon incertitude La buée qui recouvrait la vitre Et peut-être la vitre Mais jamais la fenêtre Et jamais le chemin .  . . PAUL VINCENSINI  . . . Photographie Sylvain Lagarde ( voir liens...)  
Posté par emmila à 17:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 7 décembre 2012

MOI AUSSI / I TOO

Moi aussi, je chante l'Amérique. Je suis le frère à la peau sombre. Ils m'envoient manger à la cuisine Quand vient du monde. Mais je ris, Et je mange bien, Et je prends des forces. Demain, Je serai à la table Quand viendra du monde. Personne, Alors, N'osera me dire "Va manger à la cuisine". De plus, Ils verront comme je suis beau Et ils auront honte — Moi aussi, je suis l'Amérique. . , too, sing America. I am the darker brother. They send me to eat in the kitchen When company comes, But I laugh, ... [Lire la suite]
vendredi 7 décembre 2012

CAPITALE DE LA DOULEUR...Extrait

Ta voix, tes yeux, tes mains, tes lèvres. Nos silences, nos paroles.  La lumière qui s'en va, la lumière qui revient. Un seul sourire pour nous deux. Pas besoin de savoir. J'ai vu la nuit créer le jour sans que nous changions d'apparence. O bien aimée de tous, bien aimée d'un seul, en silence ta bouche a promis d'être heureuse. De loin en loin dit la haine, de proche en proche dit l'amour. Par la caresse nous sortons de notre enfance. Je vois de mieux en mieux la forme humaine, comme un dialogue d'amoureux. Le coeur n'a qu'une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 7 décembre 2012

ADIEU LANGSTON HUGHES

"Ce soir, je veux dire adieu à Langston Hughes, Sur un verset de blues Sur un pas de swing Sur un tambour ivre Ce soir je veux dire adieu à Langston Hughes. La canaille a surpris le messager sur la marche des Temples C’est la nuit au fond des cabarets Dans l’accouchement difficile des trompettes C’est la nuit sur Harlem, c’est la nuit sur le monde Adieu, adieu Langston Hughes ! La canaille a terrassé l’homme, Mais Dieu est debout sur les pas de Lincoln Langston Tu es en moi comme la voix lointaine L’élu, l’aimé, l’inoublié Je te nomme... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 7 décembre 2012

PIERRE REVERDY

"La poésie est atteinte quand une œuvre d’art quelconque s’intègre, ne fût-ce qu’un moment, à la vie réelle de l’homme par l’émotion qu’elle provoque dans son esprit et comme dans sa chair.   La poésie n’est dans rien d’autre que dans la mise en commun d’aspirations diverses auxquelles l’œuvre d’art peut donner la violente illusion de s’être rencontrées. Le poète ne s’occupe pas et ne doit pas s’occuper de l’émotion que pourra provoquer son œuvre. Il ne doit et ne peut connaître ou reconnaître, dans son œuvre, que l’émotion qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 7 décembre 2012

DISPOSITIONS POETIQUES...

Les étoiles n’avaient qu’un rôle : M’apprendre à lire J’ai une langue dans le ciel Et sur terre, j’ai une langue Qui suis-je ? Qui suis-je ? Je ne veux pas répondre ici Une étoile pourrait tomber sur son image Les forêt des châtaigniers, me porter de nuit Vers la voie lactée, et dire Tu vas demeurer là Le poème est en haut, et il peut M’enseigner ce qu’il désire Ouvrir la fenêtre par exemple Gérer ma maison entre les légendes Et il peut m’épouser. Un temps Et mon père est en bas Il porte un olivier vieux de mille ans Qui n’est ni... [Lire la suite]