samedi 8 décembre 2012

PSAUMES...Extrait

Je t’aime, ou ne t’aime pas. Je pars, je laisse derrière moi des adresses susceptibles d’être égarées. J’attends ceux qui rentrent. Ils savent les heures de ma mort et ils viennent. Tu es celle que je n’aime pas lorsque je t’aime. Les remparts de Babylone sont étroits le jour, vastes sont tes yeux et ton visage se répand dans la lumière. Comme si tu n’étais pas née encore, que nous n’étions pas encore séparés et que tu ne m’avais pas mis à mort. Et sur les toits des tornades, toute parole est belle et toute rencontre un adieu. Et ce... [Lire la suite]

samedi 8 décembre 2012

LE CHANT-RU 10

Des mascarets de brumes en fin d’été enroulent autour des chaumes des parfums d’îles au large et des mystères blonds qu’il nous faudrasous le silo de nos paupières écrire . . . FRANCIS ROYO .   . . Oeuvre Mohamed Jaamati  
Posté par emmila à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 8 décembre 2012

FUREUR ET MYSTERE...Extrait

Nous regardions couler devant nous l’eau grandissante. Elle effaçait d’un coup la montagne, se chassant de ses flancs maternels. Ce n’était pas un torrent qui s’offrait à son destin mais une bête ineffable dont nous devenions la parole et la substance. Elle nous tenait amoureux sur l’arc tout-puissant de son imagination. . Quelle intervention eût pu nous contraindre ? La modicité quotidienne avait fui, le sang jeté était rendu à sa chaleur. Adoptés par l’ouvert, poncés jusqu’à l’invisible, nous étions une victoire qui ne prendrait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 8 décembre 2012

ABAT-JOUR...Extrait

Ondée remontant l'écaille et le torrentc'est le poème à reboursla diffraction des équinoxesle partage des eaux en crueici, l'asphalte réfractairegrave son ruban violacéjusqu'à l'estuaire de nos neuronesnous voyons d'ellipses et de bitume.nous habitent la cendre et le parapetnotre demeures'érige de lacérationscorrosion de nos fondationsnous vivons d'herbages approximatifs.et pourquoi sulfureux nos poings nos motsne seraient-ils pas d'usageface aux béances ?inoxydables alphabets des rupturesmots de tonsure et d'airainmots de lichen... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 8 décembre 2012

PROSES DE L'INTERIEUR DU POEME...Extrait

Quand les mots somnambules vont et viennent sur les parvis de la mémoire, dans l’intervalle, l’entre-temps, la césure éblouie, quel au-delà s’avance à leur rencontre avec sa lampe allumée en plein jour, comme l’Hermite des tarots ? À peine ouverte, la fenêtre déverse en nos yeux la fraîcheur des jacinthes d’eau et l’or en fusion de soleil alchimiste. Le temps pensif, sourcilleux, fait son bourdonnement de guêpe prise au piège d’une vitre, seul à durer parmi tant d’éternités en trompe-l’œil. Sur la laisse de mer, à la frange des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,