jeudi 20 décembre 2012

GENESIS

 No había ningún signo sobre la piel del tiempo. Nada. Ni ese tapiz de invierno repentino que presagia las                           garras del relámpago quizá hasta mañana. Tampoco esos incendios desde siempre que anuncian una                           antorcha entre las aguas de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 20 décembre 2012

LA TERRE ACCOISEE...Extrait

 Seule avec tous, sans mot d’ordre, elle se hâte en héritière de nos traces, noyau gonflé de miel. Sur les barres de fer du futur, de ses pieds libres et soulagés elle danse. Parfois elle s’amuse à ne plus du tout parler sur nos lèvres. Avec le quotidien qu’elle sculpte en son corps, elle fait silence. Silence à la nuit rousse des collines, dans les prémices de l’éclair. Et puis un jour, vous la voyez vraiment. Interminable et fugitive, c’est elle, l’abeille enceinte de l’été. . DOMINIQUE SORRENTE .      
Posté par emmila à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 20 décembre 2012

ON N'AUTOPSIE PAS UN POETE

Comme une odeur de mort qui vous colle à la peau, pour qui connaît Paris et les bords de la Seine. Pour qui connaît Paris, la balance à viscères, les tiroirs, les bocaux, la puanteur des jours. Pour qui connaît des nuits, l'étrange carrefour, des vies, des cœurs, des cris, ou de ce qu'il en reste. O putain de clarté, Place Mazas, à l'entour. Comme une odeur de mort, qui vous poursuit et vous précède. Pour qui connaît l'humiliation, qui la partage sans rien dire. Et qui ne parle plus. Qui fait d'instinct vers l'autre, comme un signe de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 20 décembre 2012

RITUEL NOMADE...Extrait

Tour de l'île ou des "géographies" nous dérive à flanc d'herbe rouge Silence entre nous et la lumière l'horizon et nos pas aux grèves en flottaison d'écorce le flux si lointain de la poussière Sur la neige passe le souffle du feu qu'agite nul dissonance dans l'air L'oiseau des roches qui nous incite à arpenter les lignes du vent nos yeux s'enivrent au bord du ciel d'une route de nuages aux falaises abruptes.   L'horizon de toutes les blancheurs qui sur la terre gagnent avec les continents qui viennent jusqu'à ce lieu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 20 décembre 2012

PAS ENVIE DE GRANDIR

Pas envie de grandir maman Me laisse pas partir jouer à être grande Quitter mon univers Laisser vieillir mon coeur Mon âme rieuse à l'abandon Pas envie de grandir maman Ranger mes rêves au fond du tiroir Déguiser mes pensées naïves Si démasquée je suis On se moquera de moi Pas envie de grandir maman là-bas il fait si sombre noir Il y à l'adulte vent pire Mangeur d'espoir Assoiffé de mes désirs d'enfants Voler ma réalité Pas envie de grandir maman Apprendre à faire semblant Devenir cet autre pré-fabriqué Aspirer ces âme sensibles... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 20 décembre 2012

ABÎMES...Extrait

Nous sommes à la merci d'images qui n'ont aucune source visuelle en nous. Nous avons vécu avant de naître. Nous avons rêvé avant de voir. Nous avons entendu avant d'être sujets à l'air. Nous sommes entrés en contact avec le langage avant d'être envahis par le souffle. Nous avons été soumis aux noms et aux mots avant d'accéder à la maîtrise vocale. Nous avons prononcé et articulé ces mots et entonné cette langue par sidération maternelle. De la même façon, la société où nous allons pénétrer, la langue à laquelle nous allons obéir, la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 20 décembre 2012

VIE SECRETE...Extrait

Il y a plus nu que la nudité. C’est l’angoisse. L’angoisse qui déchire soudain un regard me fait l’impression, quand elle surgit soudain et monte dans ce corps, d’une nudité plus impudique que la nudité elle-même. Parce que la nudité dévoile le corps tandis que l’angoisse dévoile l’identité et, derrière l’identité, son absence d’enracinement dans le corps. L’angoisse est la seule nudité impudique de l’humanité. Tout le reste est dénudation. . PASCAL  QUIGNARD   .   Photographie Bruno de Cuyper     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 20 décembre 2012

LETTRE DE PHILIPPE TORRETON A GERARD DEPARDIEU

Tu ne veux plus être français…? Tu quittes le navire France en pleine tempête ? Tu vends tes biens et tu pars avec ton magot dans un pays voisin aux cieux plus cléments pour les riches comme toi ? Evidemment, on cogne sur toi plus aisément que sur Bernard Arnault ou les héritiers Peugeot… C’est normal, tu es un comédien, et un comédien même riche comme toi pèse moins lourd ! Avec toi, on peut rattraper le silence gêné dont on a fait preuve pour les autres… C’est la nature de cette gauche un peu emmerdée d’être de gauche. Mais Gérard,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,