Entre les doigts de mots si clairs
Que la légèreté passe au travers
Des traces de sourires affleurent
Des perdrix courent entre les oliviers
Tu as fini par cesser de pleurer
Bien que de vieux sanglots te soulèvent parfois
range tes épaules dans le calme
et qu'importe que te manque une étrave
À l'heure où tout devient regard
Cette beauté n'est pas province arable

.

 

GABRIELLE ALTHEN

 

.

 

MAISON C