Mon amour,
ce bruit de pas, ce massacre, et pourtant...


J'ai souvent perdu et ma liberté et mon pain,


je t'ai souvent perdue,


toi aussi,


mais du plus profond de la faim,


du plus profond des ténèbres,


du plus profond des clameurs,


je n'ai jamais perdu espoir dans les jours qui viendront,


qui viendront frapper à notre porte de leurs mains rayonnantes de soleil...
 
.
 
NAZIM HIKMET
 
 
.
 

espoir