Cueille cueille au-delà de l'île de tes cils

filant de l'aile de fragiles jonquilles

 

l'alouette tirelire tirelire l'alouette

 

qui frissonne dans ton cœur.

 

Aux fenêtres de l'éveil

 

que meurent les nuages hagards

 

les maigres minces brindilles

 

l'épaisseur de l'ombre

 

et la crainte du trop bas.

 

Lumière nous appelle

 

et nos peaux, d'anis et de miel

 

tendres, de sève essaiment

 

sous une pluie de lilas.

 

.

 

PATRICIA MARTINEAU

 

.

 

LILAS

Oeuvre Valentin Serov