Il y a le bleu des brèches et des horizons pâles
Il y a que je pense à un figuier comme
A la perfection du sommeil
Il y a que le ciel penche au-dedans de nous
Et se relève : il y a la jeunesse des eaux.

Il y a une icône au fond d'un temple
Et le temps qui s'inscrit tout entier en toi
Il y a ce poème qui te ressemble
Une rose à jamais pure
Rose noire la rose de ta voix.

Il y a une arche au-dessus du froid
Quelque chose qui respire tout près d'ici
Je t'écoute est-ce toi est-ce moi
Il y a une source qui ne finit pas.

 

.

 

LIONEL RAY

 

.

 

PATRICK COTTENCIN

Oeuvre Patrick Cottencin