vendredi 24 mai 2013

BERNARD PERROY

Dans tout ce dédale, il te revient à la mémoire une ville ou plutôt un village et sa vie remuante dans le creux des ruelles quand la chaleur commence à s’évaporer aux premières heures du soir…   Pays de roches, d’escarpements, rassasient ton regard d’homme encore enfant puisque c’est là le lieu de ton village natal…   On n’entend plus que la pierre tisser avec l’air une musique d’été quand la nuit s’apprête à accueillir tous ces lampions domiciles, ces lucarnes de vie, ces intérieurs où tout à coup, loin des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 24 mai 2013

PIERRE-ALBERT JOURDAN

À ce qui vient et qui, comme précipité par son propre mouvement, te déborde - et la lassitude le nomme hasard - qu’opposerais-tu ? Hasard n’est qu’un nom, le plus commode ou exaltant, je ne sais ; il est la somme de ces forces qui s’inscrivent dans ton propre destin : et quoi de plus qu’une pression infime du temps, l’éclosion d’une fleur de cerisier ? Hasard est un des noms de cette poussée au-dedans de toi. Pourquoi l’habiller ? Vois comme est lisse ce visage modelé par le vent, lorsque toutes les poussières tiennent dans ton poing... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 24 mai 2013

L'ALCOOL DES VENTS...Extrait

Je rends grâce au temps perdu, le nez au vent, aux rêveries qui finiront bien par faire un jour le monde meilleur,aux jours chômés, aux heures de grève et à la moindre seconde volée au chapelet de nos pointeuses.A ces instants qui ont creusé nos puits et que l’on dit enfuis quand ils ne cessent de nous poursuivre.A tes épaules légères qui n’avaient qu’à frissonner dans l’air du soir pour que nous existions.Je rends grâce à toute parenthèse, au temps retrouvé, le nez au vent, dans une odeur de foin coupé et de vacances,à la madeleine... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 24 mai 2013

DE CHAIR ET DE MOTS...Extrait

Qu’on regarde au dehors, le dedans vous reprend.On voudrait être au monde, on ne sait qu’échapper.Et tous ceux-là qu’on croise et voudrait arrêter ont le pas trop rapide et sont pris par l’élan.Qui parle des lointains évoque une autre vie.Et c’est pour mieux tromper ce sentiment de n’être qu’en exil ici-bas, un voyageur peut-être mais qui ne pèse pas et reste sans appui.Nous avons des manies de vivants qui s’absentent, qui pour prendre enfin pied s’accrochent à des leurres en faisant reculer l’horizon qu’ils s’inventent.Partir est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 24 mai 2013

LE MIROIR EBLOUI...Extrait

Un miroir, voilà ce que nous sommes, lorsque nous prêtons une attention passionnée et émerveillée aux œuvres des arts créateurs.   Les formes, les couleurs et les sons qui nous fascinent ont produit sur nous un effet de choc, comparable à celui que rencontrent nos yeux lorsqu’ils sont éblouis par une lumière intense.   En pénétrant par effraction dans notre conscience, ils ont agi sur nous comme le soleil regardé trop longtemps : un vertige du regard qui nous dérange et qui nous comble en même temps.   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 23 mai 2013

LE TEMPS DE VIVRE...GEORGES MOUSTAKI HOMMAGE

Nous prendrons le temps de vivre D'être libres, mon amour Sans projets et sans habitudes Nous pourrons rêver notre vie Viens, je suis là, je n'attends que toi Tout est possible, tout est permis Viens, écoute ces mots qui vibrent Sur les murs du mois de mai Ils nous disent la certitude Que tout peut changer un jour Viens, je suis là, je n'attends que toi Tout est possible, tout est permis Nous prendrons le temps de vivre D'être libres, mon amour Sans projets et sans habitudes Nous pourrons rêver notre vie .   GEORGES... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 23 mai 2013

ALAIN JEGOU

Echec sur toute la ligne pour les poètes visionnaires les aventuriers déjantés les jouisseurs effrénés peu soucieux de s’éterniser une fois la date de péremption du produit perso outrepassée la vie plombée recta le rêve écrabouillé le délire hors-la-loi plus qu’une obsession dans le crâne collectif prendre bien soin de son corps museler toutes ses envies et fantasmes débraillés pour battre tous les records de plate longévité ramer morfler suer se punir pour décrocher le bonheur de vioquir cuisses fermes et ventre plat toutes fuites... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 23 mai 2013

CE VOYAGE...Extrait

  (...) Je ne suis pas libre, mon désir est dans l’oiseau Les rêves portent des roses, les doigts de l’ongle, Les pierres sont des yeux Dans mon sang la croix Je ne suis pas libre, à mon poignet palpite encore le temps qui construit les galeries calcaires pour ce sang, de petits ponts, des escaliers qui dévalent toujours plus bas leurs cailloux, les dates précises en pierre pour les collecteurs de pierre du ponton des pas que baigne le sel et les échos échoués la file des jours et les déchets   jusqu’à m’élever et... [Lire la suite]
jeudi 23 mai 2013

LES MATINAUX...Extrait

Oh ! Rencontrée, nos ailes vont côte à côte Et l’azur leur est fidèle Mais qu'est-ce qui brille encore au-dessus de nous ? Le reflet mourant de notre audace. Lorsque nous l’aurons parcourue, Nous n’affligerons plus la terre : Nous la regarderons.   .   RENE CHAR   .      
Posté par emmila à 03:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 23 mai 2013

MANIE

Sa Manie d'Aix en Provence était une grand mère qui gérait presque tout. Son visage auréolé de fins cheveux blancs un peu fous - " les cheveux blancs ont du charme lorsqu'ils encadrent le génie " -  aimait-elle dire en riant, un corps mince et souple,une allure déterminée, cette femme réglait tout sur son passage. Il est vrai que le domaine était vaste et  le travail ne manquait pas. Les animaux, les arbres, ,la terre ,la maison et ses occupants que constituait la famille. Rien n'était laissé au hasard. Presqu'invisible dans... [Lire la suite]