vendredi 3 mai 2013

HEATHER DOHOLLAU

Allongée, légère Adossée à la mort Entre les mains Le bouquet des heures Avec les mots jamais dits Encore cachés là Au rebord d'un pétale Sous un pli de lumière Que cela et tout cela Un manquement comme bien Une faille de la nuit Pour amorcer le jour   .   HEATHER DOHOLLAU   . Oeuvre Camille Corot    
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 3 mai 2013

HEATHER DOHOLLAU II

Dans le jardin échevelé Les roses fleurissent En haut d'un poirier La beauté est un bien La peur crée des lieux Mémorables Habités par des absents Comme la mort elle donne Le profil des choses Et le havre de leur substance Reste le rire des roses Leurs volutes ardentes   .   HEATHER  DOHOLLAU   .     Oeuvre John La Farge            
Posté par emmila à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 3 mai 2013

A L'OMBRE DES MOTS...Extrait

(...)   Dire je pars et je vienschante ne sais d'où au justede vous anéantisde vous ressuscitésd'antan étouffés là réveillésécho des voix perdues défaites voixremailléesplaintes retenues les plainesforêts conquisesbois des berceaux voix des revanches   .   MADELEINE GAGNON   .            
Posté par emmila à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 3 mai 2013

LA LONGUE CHAINE DE L'ANCRE...Extrait

On ditQue des barques paraissent dans le cielEt que, de quelques-unes,La longue chaîne de l'ancre peut descendreVers notre terre furtive.L'ancre cherche sur nos prairies, parmi nos arbres,Le lieu où s'arrimer,Mais bientôt un désir de là-haut l'arrache,Le navire d'ailleurs ne veut pas d'ici,Il a son horizon dans un autre rêve.   (...)   Il advient, toutefois,Que l'ancre soit, dirait-on, lourde inusuellement,Et traîne presque au sol et froisse les arbres,On l'aurait vue se prendre à une porte d'église,Sous le cintre où... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 3 mai 2013

L' AUBE D'UN JOUR NOUVEAU

Le vent caresse l’aube d’un jour nouveau Un rêve : la naissance du souvenir Qui sommes-nous ? Qui étions-nous ? Les choses ne peuvent pas continuer comme avant. Toute la nuit nous rirons derrière les masques nouveaux du Temps. Quand l’instant aura mûri dans la matrice du Temps nous ne nous plaindrons pas. Où, oh où sont les hommes aux allumettes la mèche pour brûler la neige qui gèle les désirs esquissés vers le ciel ? Toi qui as avalé tes couilles pour un peu d’or beau de loin mais loin d’être beau parce que teint du pus sorti des... [Lire la suite]
jeudi 2 mai 2013

LES FEES

Le terme irlandais pour les fées est "sheehogue" [sidheog], un diminutif de "shee", comme dans "banshee". Les fées sont le "deenee shee" [daoine sidhe] (peuple féérique). Qui sont-elles? "Des anges déchus, pas assez bons pour être sauvés, pas assez mauvais pour être perdus" disent les paysans. "Les Dieux de la terre," dit le Livre d'Armagh. "Les Dieux de l'Irlande païenne," disent les experts irlandais, les "Tuatha De Danaan (le Peuple de Dana) qui, quand ils n'ont plus été vénérés et nourris d'offrandes, ont rétréci dans... [Lire la suite]
jeudi 2 mai 2013

LES PLANCHES COURBES...Extrait

Nous mettons nos pieds nus dans l'eau du rêve, Elle est tiède, on ne sait si c'est l'éveil Ou si la foudre lente et calme du sommeil Trace déjà ses signes dans des branches Qu'une inquiétude agite, puis c'est trop sombre Pour qu'on y reconnaisse des figures Que ces arbres s'écartent, devant nos pas. Nous avançons, l'eau monte à nos chevilles, Ô rêve de la nuit, prends celui du jour Dans tes deux mains aimantes, tourne vers toi Son front, ses yeux, obtiens avec douceur Que son regard se fonde au tien, plus sage, Pour un savoir que ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 1 mai 2013

LA RECHERCHE D'UNE PREMIERE VERITE...EXTRAIT

     Il est une heure de l'enfance qu'on n'oublie jamais : celle où l'attention venant à se concentrer avec force sur une idée, sur un mouvement de l'âme, sur une circonstance quelquefois vulgaire, nous ouvrit, par une échappée inattendue, les riches perspectives du monde intérieur : la réflexion interrompit les jeux, et, sans l'aide d'autrui, l'on essaya pour la première fois la pensée. Un jour, dans le jardin paternel, au moment de prendre une feuille de charmille, je m'émerveillai tout à coup de me sentir... [Lire la suite]
mercredi 1 mai 2013

HEATHER DOHOLLAU - HOMMAGE

" Une  page du ciel où s'inscrit la terre     Ses arbres frêles, la fumée de ses feux     Où brûle une heure d'Avril     Par la blancheur de la page     S'échappent les paraphes des nuages     Leur fuite infinie     Hors de si peu d'espace     Le paysage est rentré dans la fleur de l'oeil     La cascade de la vue s'étale en cette eau ultime     Où dans un long regard, le coeur se mire ..."  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,