Erodée par l’infinité du feu

 

                         la pierre que je chante.                                           

 

 

 

Seuil  où  s’enfonce un cri.

 

 Eboulis d’alphabets par l’aube recueillis

 

 dans ses silences  de lumière.

 

 

 

 

Signes de fièvre

 

 sur l’unique miroir sauvé

 

 de l’incendie de l’ombre.

 

 

 

 

La mémoire parfois s’illumine

 

 de ces fragiles voix

 

 que gemme une errance de sable

.

.

 

 .

.

 

FRANCESCO MAROTTA

Traduction Raymond Farina

. 

 

 

.

 

 .

LUM