Elle est partie avec son corps.
Elle aurait pu laisser en gage
Le bout tiède d'un sein, une mèche
Folle, ou même un seul regard
Pour réveiller, un seul matin, le mien.
Et moi, Rue des adieux
je poursuis une feuille morte.
Elle aura tout gardé pour l'autre.
Ses rendez-vous manqués
Ses mains à caresse, ses cuisses
Ouvertes, ses yeux fermés
Qu'une lampe oubliée veillait jusqu'au matin.
Et moi, Rue des adieux,
je poursuis une feuille morte.
Quand elle va tourner au numéro cinquante
Je me mettrai sans honte à courir jusqu'au parc
Pour la voir un peu plus s'éloigner sous les arbres,
écouter ce silence où s'enfonce son pas.
Alors, Rue des adieux,
Je serai cette feuille morte.

 

.

 

YVES HEURTE

 

.

 

 

ANDRE KOHN1

Oeuvre André Kohn