dimanche 7 juillet 2013

PATRICK ASPE

... les rires sont des oiseaux de passage la mémoire une éponge la nuit une dissidente tangue la vie des fuites lentes mascarades sans limites comme un filin d’acier au dessus du vide je revois l’olivier des allées la maison rose sous les cyprès les grands peupliers jaunes d’octobre précipice sans fond sabordage des illusions danse macabre aux sons des tamtams le cri vient du ventre friable et déchiqueté attirances des bleus voilés d’or sur la mer qui balance la forêt d’endort aux silences des pins chagrin parfumé d’oranges imaginons... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,