Les herbes coupées

 

                                           bleues dans l'herbe.

 

Le poirier qu'il faudrait émonder.

 

Sur un fil

 

des étoffes rendues à leurs couleurs.

 

Dans une lavande

 

                                    les réseaux de l'épeire,

 

une guêpe agrippée.

 

Un livre de Chénier,

 

                                      ces deux trois vers

 

qu'il laissait parfois sans suite

 

comme

 

      où dort la solitude amante des ombrages.

 

La paresse attend la nuit.

 

Le temps ouvre ses heures,

 

                                                 les referme

 

aussi juste et calmement que le font les fleurs.

 

Le jour en coupole arrondit mes épaules.

 

.

 

JEAN - LUC STEIMETZ

 

.

 

liv