Personne ne peut recommencer.

 D'ailleurs, si quelqu'un le pouvait,

ce serait la même chose:

 une aveuglante suite de lumières et d'ombres,

 fil d'intermittences,

 danse hallucinante d'ascensions et de chutes.

 

 En vérité il n'y a pas de commencements.

 Nous ne sommes que des séquences intermédiaires

 mais non d'un point un autre:

 des séquences entre séquences.

 

 Et il est vain de vouloir se planter

 et être à partir de nous-mêmes.

 Même l'arbre est comme la musique:

 une respiration de ténèbres

 se partage en feuilles

 pour allaiter le vent.

 

.

 

ROBERTO JUARROZ

 

.

 

 

CLAUDE MONET2

Oeuvre Claude Monet