mercredi 28 août 2013

KAMPA...Extrait

Ils viendront les amandiers en fleur à ta fenêtre échappés de ma pensée, et le frémissement de l'olivier qui tressaille quand passe la nuit.   Mais moi, Toujours plus égarée dans tes paroles, Je n'aurai pas la force d'atteindre ta porte, J'irai errant dans les rues, égrenant des craintes sur les terres de Kampa, dialoguant confuse avec l'éther, dansant courtoise avec le fleuve la danse de la mort. avec de délicates arabesques et d'obscures révérences. Je n 'essaierai même pas de te parler de la pluie, ni de chevaucher le vent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 28 août 2013

ÊTRE LYRIQUE...

Certains ne deviennent lyriques que dans les moments décisifs de leur existence ; pour d'autres ce n'est qu'au moment de leur agonie, où tout le passé s'actualise et déferle sur eux comme un torrent. Mais dans la majorité des cas, l'explosion lyrique surgit à la suite d'expériences essentielles, lorsque l'agitation du fond intime de l'être atteint au paroxysme. Ainsi, une fois prisonniers de l'amour, des esprits enclins à l'objectivité et à l'impersonnalité, étrangers à eux-mêmes comme aux réalités profondes, éprouvent un... [Lire la suite]
mercredi 28 août 2013

CALLIGRAPHIER LA SEVE...Extrait

Tout brûle tout s'efface   entre vie et mort si mince la doublure   sous la fugue des larmes la tombe qui m'aiguillonne je la rythme avec toi   Brûlez racines brûlez nuées faufileurs de mon sort feux follets de ma nuit   quel silence gravirait la douleur quel jeune "quoi " butinant quelle moisson d'abeille quel poulain accoucheur de lumière   .   PAUL GODART   .      
Posté par emmila à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 28 août 2013

POEMAS...Extrait

L’année est dans ma main poignée de figues-fleurs. J’ai mordu l’épaule de la vigne j’ai mordu l’amour à plein de fruit. La rose de Couchant déchire la Cévenne. Ma vie comme une source où s’abreuve mon vieux peuple.
Pauvre peuple travailleur j’ai mes mains entre tes mains et je te rends ce que tu donnes parce que je sais mieux que toi que cette langue est à nous.
Pauvre peuple peuple roi nous te sauverons ta couronne de verveine de verte joie nous te conduirons avec notre langue sur les routes de jeunesse. Parce que je sais mieux... [Lire la suite]