La nuit atteint un lieu différent
quelque chose comme un exil
crispé parfois en nos poings

tout paraît doublé d’odeurs palpables
de touchers veloutés
de la légèreté des ailes

tout semble précaire
et creux.

On sait que l’on rêve
et que l’on devra se réveiller.

 

.

 

AGNES SCHNELL

 

.

 

 

AGNES3