I mesi è po l’anni

Chì ne sapemu più di quant’elli funu

 

E quellu rituale, vintu

 

A i muri di a to fine

 

Dulore sullevu accortu

 

À quellu sguardu incaravunatu

 

È a to persona sticchita

 

Membre scarnificate

 

Quelle pelle piena à crostule

 

Cum’è linguaghju solu

 

Pussibule è murtale

 


.

 


Les mois les années

 

Que sait-on plus du nombre

 

Et le rite répété, vaincu

 

Aux murs de ta fin

 

Douleur délivrance surprise

 

À ce creux du regard

 

Et ton corps figé

 

Membres décharnés

 

Cette peau aux escarres

 

Comme seul langage

 

Accessible et mortel

 


.

 


GHJACUMU FUSINA

 

.

 

 

VENT3