mardi 15 octobre 2013

YVES NAMUR

 Combien de roses sont-ellesÀ marcher encore dans le grand préEt la solitude ?   Combien sont-elles,   Roses venues de maiOu des lointaines terres blanches,   Combien sont-elles,   Qui ne seront jamais tout à fait ouvertes,Qui ne seront jamais que silences, demi-motsOu douleurs ?   Combien sont-ellesQui se tournent ainsi vers les ruinesEt les vides d'un homme ?     .   YVES NAMUR   .     Oeuvre Bogdan Prystom           ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 15 octobre 2013

DESERT DU DESIR

Le mur qui sépare le jour de la nuit ne monte pas jusqu'au ciel ; c'est une palissade qui ceint un terrain vague où s'ébattent des corps. Seul l'enfant rieur l'escalade sans se retourner. Délaissant regrets et mélancolie, il tourne le dos au temps.   La cour est nue où l'amour consacra ses jeux.   Mais le temps ne renonce jamais. L'enfant, en un saut incompris, a refranchi l'obstacle dont il se jouait. Homme, il se sent perdu dans un corps trop grand pour lui. Sa liberté soudain s'est mise à flotter dans un costume de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 15 octobre 2013

JEAN-JACQUES DORIO

ÉCRIRE : CRI ET RIRE  Dans écrire, il y a crier et  rire. Salah Stétié    Je ne sais pas écrire sans faire des bâtons, mes ficelles d'écriture attachées aux branches du marronnier d'une cour d'école. Je ne sais pas écrire sans les ronces, les orties, les égratignures de l'enfance vagabonde qui m'ont fait ce sang d'encre et d’innocence. J'écris par je ne sais quel hasard, ces petites choses sans importance : le hasard et la nécessité la pluie et le beau temps les cendres et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 15 octobre 2013

LAMPEDUSA

 Si ta main se ferme comme la pierre       Si ton olivier fait peur aux oiseaux       Si ta porte est un rideau de fer       Si ta cloche est sourde aux cris de la mer       Si l'horizon remplit ton cour d'épouvantails       Si ta carabine tire sur les radeaux de fortune       Comment peux-tu honorer la terre ?       Si ton cactus ne sait donner que des épines       Si ton muret est une frontière pour les... [Lire la suite]