dimanche 13 octobre 2013

JEAN TARDIEU

"Nous voulons nous étourdir à force de lampes et de bruit. Tous nos livres, toutes nos actions ne sont remplis que du fracas des jours. Pourtant ce qui nous gouverne - instincts, imagination, rêves, passions, pouvoir créateur - plonge dans une ombre sans contrôle. Nous implorons, nous espérons la lumière, alors que, par un effet contradictoire, cette obscurité qui nous terrifie nous alimente puissamment.Mais il y a autre chose. Cette nuit si terrible apparaît bénéfique si nous l'embrassons, les yeux ouverts, dans la vérité du regard."... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 13 octobre 2013

CYRANO DE BERGERAC...Extrait

( … ) Déplaire est mon plaisir. J’aime qu’on me haïsse. Mon cher, si tu savais comme l’on marche mieux Sous la pistolétade excitante des yeux ! Comme, sur les pourpoints, font d’amusantes taches Le fiel des envieux et la bave des lâches ! - Vous, la molle amitié dont vous vous entourez, Ressemble à ces grands cols d’Italie, ajourés Et flottants, dans lesquels votre cou s’effémine : On y est plus à l’aise… et de moins haute mine, Car le front n’ayant pas de maintient ni de loi, S’abandonne à pencher dans tous les sens. Mais moi, La... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 12 octobre 2013

SERGE PEY

En chantanton découpe sans bougerles lèvres de ce qui nous embrassecar nous avons faimd’avoir faimet nous vengeons notre bouched’avoir été mangée A force de regarder le cielnous faisons boiterl'infiniqui ne s’arrête pas de marchercomme un mendiant aveugleLa nuit lui donne parfoissans nousla monnaie d’une étoileLa beauté qui se perdnous aime toujoursde nousavoir perdu   .   SERGE PEY   .   Oeuvre Tchoba www.tchoba.com      
Posté par emmila à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 12 octobre 2013

L'ETERNITE N'EST PAS DE TROP...Extrait

"A ces mots, Lan-Ying ouvre sa paume et laisse Dao-Cheng y coller la sienne. Instant de muette communion et d’extase hors paroles. L’intimité née de deux mains en symbiose est bien celle même de deux visages qui se rapprochent, ou de deux cœurs qui s’impriment l’un dans l’autre. La corolle à cinq pétales, quand elle éclôt, est un gant retourné de l’intérieur vers l’extérieur, elle livre son fond secret, se laisse effleurer par la brise tiède qui sans cesse passe, ou butiner sans fin par d’avides papillons et abeilles qui accourent.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 11 octobre 2013

L'AIGUILLE AVEUGLE...Extrait

Qui est le fils de l’homme quand les roses déclinentet que la nuit ne ferme plusLe phare fidèlecontinue à balayer la peau du cielavec la même applicationTu es né ce soir ou ce matindans tes habits de deuilune épée à ton flancRegarde bien, si tu ne les trouves les mots, tous, ont émigrésous les feuilles lasseset tu les cueilleras à genoux   .   JOSE ENSCH   .      
Posté par emmila à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 11 octobre 2013

VIE D'UN HOMME...Extrait

Si, vivant, tu revenais à ma rencontre, La main tendue, Je pourrais de nouveau, Dans un élan d'oubli, serrer, Frère une main. Mais rien de toi, de toi plus ne m'entoure Que rêves, que lueurs, Les feux sans feu du passé. La mémoire ne déploie rien que des images, Et moi déjà Je ne suis plus pour moi Que le néant annihilant de la pensée.   .   GIUSEPPE UNGARETTI   .      

vendredi 11 octobre 2013

NE T'EXCUSE PAS...Extrait

En un jour à ce jour pareil, dans la travée secrète de l'église, en une splendeur toute féminine, en l'année bissextile, dans la rencontre, ce matin, du vert éternel et bleu marin, de la forme et du contenu, du tangible et du mystique, sous une tonnelle débordante, à l'ombre d'un moineau qui aiguise l'image du sens, en ce lieu sentimental, je rencontrerai ma fin et mon commencement et je dirai : Malheur à vous deux ! Emportez-moi et laissezle coeur de la vérité, frais pour les hyènes affamées. Je dirai : Je ne suis ni citoyen ni... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 11 octobre 2013

CORPS DE GLOIRE...Extrait

... J'ai revu hier ma mort qui recousait mon ombredans le silence étroit d'une porte qui s'ouvreet je lui ai montré l'ébauche de mon âmen'ayant que la notion de l'oiseau dans le ventafin que pourvoyeuse du mystère à venirelle guide mes pas au sortir de ce mondeet je lui ai parlé avec l'accent de ceuxqui n'ont pour tout espoir qu'un soleil de papierde cet homme qui n'eut que des gestes obscurset ne sachant nommer l'azur au fond de soimarchait avec l'allure de n'être pas sur terrejusqu'à ce qu'il ait vu son néant face à faceje lui ai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 11 octobre 2013

U MINIMU GESTU / LE MOINDRE GESTE...Extrait

Indò vo eti pisatu a casa ci hè l'acqua sutt'à a parata. a sera, a so canzona, à rampaconu. vo ch'ùn durmiti, vi lachemu sempri à quiddu mumentu albinu, sapendu ch'eti à stà quì, ad aspittàcci. senza lagnàvvi, mancu una volta.   hè vera. ci 'mpannumenu cù li nosci falta, par travirsà u bagnaghju, è ci liani com'è u sangu. spicchènduci, nienti ci veni. daretu à no, una pìccula fiara, di matinata, tini accesu mentri chè no partimu     Là où vous avez bâti cette maison, l'eau sous la colline. sa chanson rampe, le soir.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 11 octobre 2013

LE MAL DES FANTÔMES...Extrait

Ce n'est rien. Je vous dis que ce n'est rien ... A peineun souffle qui pourrait éteindre une bougie une ombre qui te suit sur les murs un peu de sable qui se creuse sous tes pas. Il ne te reste rien de tous ces beaux voyages que quelques timbres-poste et quelques souvenirs quelques disques usés qui grincent sur le fond de la mémoire lasse. Pourtant ce furent là de vrais pays, de vrais baisers, tu étais vraie et juteuse à mes lèvres ô femme, pain quotidien qui a fondu au fur et à mesure que j'en mangeais.Ô choses vraies, vraies, mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,