dimanche 6 octobre 2013

ESTHETIQUE DU MAL

 Il ordonne le monde en deux catégories :  Celui qui est peuplé, celui qui ne l’est pas.  Dans les deux, il est seul.  Mais il y a, dans le peuplé,  Outre ses habitants, le savoir qu’il a d’eux.  Et dans le dépeuplé, ce qu’il sait de lui-même.  Quel est le plus désespéré dans les moments  Où son vouloir exige que ce qu’il pense soit vrai ?   Est-ce lui-même en eux qu’il connaît ou bien eux  En lui-même ? Si c’est lui-même en eux, ils n’ont  Point de secret... [Lire la suite]

samedi 5 octobre 2013

ELIS REGINA - àguas de março

Posté par emmila à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 5 octobre 2013

LIBERTE SUR PAROLE...Extrait

Tu nommes l'arbre, fillette Et l'arbre croît, lent et plein noyant les airs. vert éblouissement, jusqu'à ce que vert soit notre regard.   Tu nommes le ciel, fillette Et le ciel bleu, le nuage blanc, la lumière du matin, se logent dans le coeur jusqu'à devenir ciel et transparence.   Tu nommes l'eau, fillette Et l'eau jaillit, je ne sais où, elle baigne la terre noire, reverdit la fleur, brille sur les feuilles et nous change en humides vapeurs.   Tu ne dis rien, fillette Et naît du silence la vie dans une vague de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 5 octobre 2013

LES ECRITS DANS L'ARBRE...Extrait

Je retourne au pays des sources avant les noces du chêne, avant l’enfance, avant la nuit. Il y a sur le bord du chemin de sable, la trace et la trame de toutes les années passées. Et parfois dans le ciel les étoiles glacées portent un visage, une voix et le manuscrit d’une vie. Je retourne au pays des fées, je vais dormir dans la forêt du milieu avec le petit peuple des légendes. Où vont les années qui passent : dans quel grenier ? Dans quelle mémoire ? Dans quel doux oubli ? Et le grand livre de la vie est toujours ouvert à la page... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 4 octobre 2013

FICTION D'UN DEUIL...Extrait

  A mon père   Il était une fois un pays d’eaux vives et d’oliviers où les hommes s’abreuvaient aux miracles des pierres, se nourrissaient des prodiges des terres étendues à leurs pieds et à perte de vue jardin pourpre et de jade. Et ces hommes n’y avaient de plus grande fierté que ces arbres dont, de l’automne à l’été, ils savouraient les lentes métamorphoses dans le dépli des temps, quatre, déroulés cercle parfait, rivière perlée à l’ambre du levant et au minuit des lunes, au frimas des hivers grêlés cristaux de verre,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 4 octobre 2013

LUMIERE

 Pour Aimé Césaire glissante dentelledévorante au sangun envol d’oiseaux raresbruissement des ailesdans le claquement sec du soleil sur l’azurjustice de l’hommejustice faitedans les vagues l’épaisseur de la terrela chaine noirequi attache la route des grands cargosmagique lignesous l’horizon des flottaisonsle silence rend l’attente originellepoussières de l’arc de cerclebarres d’aciertranchantes sur la cime des rivagesle jugement rend-il intègresouvenirs d’une maison des mortsla lianeau delà des couleursm’attache à toidans ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 3 octobre 2013

LA VRAIE RECIPROCITE

  Merci à Henri-Louis   Près de la Sorgue dont le circuit en est jalonné,j’observe au calme l’avance des figuiers, en passantchez lui en cette nature qui splendit dans ses veines,en patient tendre, d’inquiète dilection animé.Cher fruit, qui cristallise tant de plates convoitises,inspirant souvent hélas une hâte de hussard,dans le mystère bien clos de tes courbes presque humainestu es l’image même de l’insondable Désir,toujours plus difficile à éprouver qu’à satisfaire.D’abord dure et tendue, fermée sur toi, comme nouée,à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 2 octobre 2013

MANUEL SOUVIENS T-EN...

"Quand on est de gauche, on n’a pas la matraque en guise de cœur. C’est un Français d’origine manouche qui t’écrit et qui écrit au Français de fraîche date que tu es. C’est un fils de «brigadiste» qui se rappelle à toi. Souviens-t’en: «Celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir.» Par Jean-Claude Lefort, Député honoraire, Fils de Manouche. .   Manuel, tu as déclaré hier, que la situation était très différente pour toi, relativement à celle des Roms, car ta famille espagnole était venue en France pour fuir le franquisme. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,