« Maisons abandonnées au bord de la mer

                                                       Des fenêtres aux yeux brisés.

         Ecarquillés. Un vent.

 

    à visage blanc qui traverse en filant pièce après pièce

 

         dans la maison abandonnée, grince

 

         dans les escaliers, touche de sa main figée

 

         le miroir vide

 

         De grandes maisons immobiles au bord de la mer.

 

         Elles éclairent dans le noir

 

         Comme les morts éclairent à travers nos visages

 

  dans le sommeil

       

Quelqu’un tatônne

 

à travers des rêves troublés, rôde

 

à travers obscures de maisons abandonnées

 

au bord de la mer. »

 

 

.

 

 

KNUT ODEGARD

 

.

 

 

holland