Il s'est toujours caché au fond de tes blessures.

Même le feu sulfureux peut te purifier

en t'éclairant. Les ténèbres de la chair lancent

la lueur où toute peur s'efface, devant

la vérité de soi, offerte simplement

à celui qui voit jusqu'au fond de ta carence.

Un train roule au loin, dans la nuit, avec les rêves

des dormeurs, lourds de passions. Les cris

de soleils égorgés crèvent dans nos mémoires.

Le réveil est un miracle, où la déraison

d'un Brasier infini détruit tous les déchets

obscurs. Cette douceur qu'il te faut recevoir

se mêle et se révèle aux premiers chants d'oiseaux,

qui copient, très haut, une phrase dans le ciel.

.

 

JEAN MAMBRINO

 

.

 

golden

Oeuvre Yamina Alaoui, Marco Guerra